LA PERSONNE DE CONFIANCE,                                     loi Claeys-Léonetti du 2 février 2016

Toute personne majeure peut désigner une « personne de confiance » qu’elle choisira librement dans son entourage. Et sous conditions, pour les personnes sous tutelle.

Ø Son rôle :

vous accompagner dans vos démarches liées aux soins et assister à vos entretiens  médicaux.

Elle ne peut avoir accès à votre dossier médical sans votre autorisation.

Elle a un devoir de confidentialité.

être consultée et informée dans le cas où votre état de santé ne vous permettrait pas de donner votre avis ou de faire part de vos décisions.

Son témoignage l’emportera sur tout autre témoignage (famille, proches ,…)

son avis guidera le médecin pour prendre ses décisions.

il est conseillé de lui confier vos Directives Anticipées.

Ø Désigner la personne de confiance :

qui : toute personne de votre entourage en qui vous avez confiance un parent, un proche, ou votre médecin traitant.

quand : à tout moment, que vous soyez en bonne santé ou pas.

comment : par un document écrit et cosigné par la personne désignée, si impossibilité d’écrire attestation  par deux témoins.

la personne de confiance est révocable et remplaçable à tout moment.

La personne de confiance peut être différente de la personne à prévenir

 

 

LES DIRECTIVES ANTICIPEES    Loi Claeys-Léonetti         du 2 février 2016 et décrets du 3 août 2016

Toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d’état d’exprimer sa volonté. Et sous conditions, pour les personnes sous tutelle.

           Elles expriment la volonté de la personne relative à sa fin de                vie en ce qui concerne les conditions de la poursuite, de la                  limitation, de l’arrêt ou du refus de traitement ou d’actes                    médicaux.

 

           A tout moment et par tout moyen, elles sont révisables et                    révocables.

             Elles peuvent être rédigées conformément à un modèle paru              au Journal Officiel du 5 août 2016.

 

           Elles s’imposent au médecin, sauf en cas :

                   d’urgence vitale ou lorsqu'elles apparaissent                                       manifestement inappropriées ou non conforme à la                             situation médicale.

                   le refus de les appliquer ne peut être décidé qu’à l’issue                     d’une procédure collégiale.

 

         Elles peuvent être enregistrées dans votre Dossier Médical                  Partagé, ou confiées à un médecin, à votre Personne de                      Confiance, à vos proches, …

 

           Vous pouvez en parler avec  votre médecin pour qu’il vous                              conseille dans leur rédaction.

 

  Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

           Le site du CNSPFV (Centre National des Soins Palliatifs et de la                  Fin de Vie) : www.spfv.fr

           Le site de l’HAS (Haute Autorité de Santé) : www.has-santé.fr

  ▪ Le site de la SFAP (Société Française d’Accompagnement et de       soins Palliatifs) : www.sfap.org

           ▪ Plateforme d’écoute nationale « Accompagner la fin de                      vie » : 0 811 020 300 (prix d’un appel local d’un poste fixe)