Foire aux questions

Le patient et le bénévole

Le patient peut il refuser l’accueil du bénévole ?

Oui, l’association accompagner propose un moment de dialogue avec le patient (e), et ce dernier a toute latitude pour accepter ou refuser cette rencontre.

L’accompagnant va-t-il diriger l’entretien ?

Non, l’accompagnant est au côté du patient (e), il est là pour l’écouter. C’est son rôle premier.

L’accompagnant va-t-il parler de religion, de politique ?

Seulement si le patient (e) le désire. L’association est laïque et apolitique, mais reste ouverte à toutes orientations de dialogue que désirerait le patient (e).

Le patient peut il aborder tous les sujets avec le bénévole ?

Oui le patient peut parler de tout ce qu’il désire, des sujets les plus légers à ceux qu’il considère plus profonds. Le patient est protégé par le devoir de confidentialité du bénévole. Aucun propos du patient ne sera transmis à des tiers, sauf demande express de ce dernier.

La famille est elle concernée par l’accompagnement ?

Oui la famille peut bénéficier de l’accompagnement. L’esprit de l’association est dans l’optique de s’occuper de la personne souffrante et de son entourage plus proche ou plus éloigné.

Le patient (e) peut il revoir le bénévole ?

Oui le bénévole répond à toutes demandes de rencontres du patient et indique au patient (e), les jours de vacations qui lui sont échus. Il informe aussi qu’il fonctionne en binôme. Une autre personne de l’association est présente dans le service un autre jour de la semaine et peut, s’il le désire la rencontrer.

Le patient (e) peut il bénéficier d’un accompagnement à domicile ?

Oui, certaines personnes de l’association se rendent auprès des patients à leur domicile, dans les mêmes conditions que dans les services de santé.